Madame la Maire, mes chers collègues,

nous sommes favorables à ce qu’un hommage soit rendu à la romancière André Léo pour ses œuvres et son engagement pour l’égalité et l’émancipation des femmes.

En effet, cette écrivaine laisse une œuvre considérable composée de nombreux romans, contes, essais, et une multitude d’articles et aussi de textes politiques. Le fil conducteur d’une majorité de ses œuvres d’ailleurs et de ses engagements était la défense des femmes, et bien qu’ayant effectivement participé à la Commune de Paris, André Léo ne s’y est engagée que de manière temporaire, elle a fait en outre part de sa désillusion vis-à-vis de la place accordée aux femmes dans le combat communard à travers plusieurs articles, entre autres je citerai celui paru dans « La Sociale » le 6 mai 1871, « Aventure de 9 ambulancières à la recherche d’un poste de dévouement », qui décrit les déconvenues des jeunes militantes cherchant à s’engager et les inconséquences du parti révolutionnaire capable de rejeter ou reléguer une partie de ses plus vifs soutiens.

André Léo avait vu en effet dans la mise à l’écart des femmes une cause de l’échec de la Commune.

Ce qui me gêne dans votre délibération, c’est votre manière de présenter les choses dans l’exposé des motifs. Dès la première ligne, vous laissez présager que le choix de dénommer la passerelle André Léo est davantage guidé par son engagement temporaire pour la Commune de 1871 que pour son investissement d’écrivaine et son engagement en faveur de l’émancipation des femmes.

Ainsi, pour nous, l’hommage qui lui est fait et qui fait consensus, j’insiste sur ce point, doit mettre en lumière son talent d’écrivaine et son engagement fort pour les femmes, mais sans servir de prétexte pour rendre un nouvel hommage à la Commune. C’est bien André Léo qui doit être mise en avant et elle seule.

Et c’est pour toutes ces raisons, Madame la Maire, que nous vous demandons de vous engager à ce que la place portant dénomination de la passerelle André Léo puisse indiquer les mentions de son activité d’artiste, son engagement militant au service de la cause des femmes, mais non sa participation temporaire, je dis bien temporaire, à la Commune de Paris, puisque comme je vous l’ai dit, elle a eu beaucoup de désillusions à ce sujet.

Merci à tous.